13 mai 2006

Retour vers le No Future

Aaargh . Hier soir , en rentrant chez moi les bras chargés des indispensables courses de survie du week-end ( chips bières et le dernier Palahniuk sorti en poche, berceuse ), je jetais un oeil distrait sur une affiche dans l' entrée de mon immeuble...Bon sang . Ils reviennent .
Non, pas les grosses poubelles ( 2 x par mois le mercredi ) ou les agents EDF . Ce sont LES VOISINS !
Bon , vous me direz, ils ne sont jamais partis, leurs fonctions c' est voisins quand même !
Mais là; le 30 mai, c' est de nouveau la Fête des Voisins . Mes yeux parcoururent l' affiche . Et là, tel le John Rambo moyen, un flashback me terrassa et ramena à ma mémoire le douloureux souvenir de l' année dernière...La Fête des voisins . Ce soir-là . Jamais tu ne l' oublieras . Elle sera à jamais ton pire cauchemar . La tumeur noire ancrée dans ton cerveau .

Non en fait ça m' avait inspiré ma première note de blog, exprimé à l' époque chez Mr Herr D, mon désormais Nordiste Ami, il avait pris sur lui le risque et la responsabilité de me publier avec le succès que je lui dois aujourd' hui ( ah ah ah ! ).
Bref, je republie sous mon propre blog cette note désormais historique . En tout cas voila un post écologique qui recycle du vieux...pour faire du futur vieux !

Une note de mon copain Nero

La note qui suit est publiée par moi et sur mon blog, mais l’auteur en est un ami qui aime le hockey.

Je me prétendais de gauche. Je me croyais issu du peuple. Le rouge (pourtant de circonstances) me monterait au front lors de ma prochaine réunion du pcf courbevoisien (le cherchez pas il n’ existe pas) si certains apprenaient cela…

Le résumé : aujourd’hui, 31 mai 05, est devenu par je ne sais quel miracle et depuis je ne sais combien de temps la journée des voisins (mais QUI a pondu ça ? Les voisins sont pourtant une pollution notoire), et alors que je rentrais tôt une fois n’est pas coutume de mon dur labeur de jeune cadre dynamique (dur selon des critères occidentaux, allez faire comprendre ça à un petit Philippin qui assemble des chaussures 7 jours sur 7), je croisais ma gardienne, Mme S, qui me conviait à cette fête des voisins qui devait avoir lieu dans le hall de mon immeuble.

Je me dis, « allons bon, voilà l’occasion de connaître ces gens qui habitent sous le même toit que moi et que je ne vois jamais » (misanthropie de ma part ? Chance défiant les lois de la statistique ? Complot à l’ échelle municipale ? Je ne sais expliquer pourquoi je ne croise JAMAIS les gens de mon immeuble… Ou alors je suis comme B. Willis dans le 6 ème sens, et je ne le sais pas encore comme Ken dans le survivant. Ah Ah… )

Bref, j’entre d’un pas alerte dans mon hall d’immeuble, l’esprit fantasmant déjà sur une rencontre avec une jeune voisine qui aurait ri à mes blagues et proposé un café chez elle… Mais immédiatement une odeur monte à l’assaut de mes sinus. Le mari de Mme S, me voit et m’annonce « ça commence dans une demi-heure, j’ ai lancé le barbecue… ». A ce moment un point de culture se doit d’être fait : dans le pays natal de Mr S., la morue, ou le cabillaud salé si vous préféré, est le plat national. Même au barbecue. Et je dois avouer, même si ce n’est pas poli pour les traditions lusitaniennes, ça pue. Une horreur. Et la, je me suis dit : non, je ne VEUX pas bouffer ça.
C’est sans doute dégueu, ça schlingue, mon costard va puer pendant 2 jours et là je me suis dit « merde, R (moi quoi), fait un effort, fait pas ton pédant, en plus tu vas renier tes origines (hé oui, ma mère est concierge… Non, je ne suis pas Portugais !), mais comme en mode « Défense », ma bouche a sorti un « vous savez je dois manger dehors ce soir… » puis d’enchainer avec une course effrénée vers chez moi… Et de sauter sur le téléphone pour appeler le propriétaire de ce présent blog qui ne sauvera pas ma vie car pas disponible alors que j’étais prêt à offrir le restau pour échapper cette soirée durant à mes voisins…

Bref, je ne suis pas redescendu. J’ ai refusé l’hospitalité, le couvert, une occasion de parler aux gens, et je passe sans doute pour le gros con d’intello du 5ème qui dénigre les petites gens. Pour punition : mon appart sent quand même la morue au barbecue (finalement on s’habitue… ), il est évident que demain matin je vais croiser Mme S ou son mari et que je serai obligé de m’empêtrer dans je ne sais quelle excuse non crédible (je suis narcoleptique / c’était mon frère jumeau / j’ai reçu une jeune femme chez moi et nous avons fait l’amour / j’avais piscine), il devient évident que j’ai multiplié par 10 les chances que mon courrier finisse mal pendant mes congés. Mais finalement je m’en fous. Je voulais la tranquilité ? Je vais l’avoir. La voisine célibataire j’y croyais pas trop de toute manière…

5 commentaires:

Miss B a dit…

Alors là je suis d'accord ! La fête des voisins c'est quoi ça ! Ca suffit de les croiser dans l'ascenseur ou que mon "cher" voisin vienne me taxer des clopes chez moi...(en plus de claquer la porte à trois heures du mat' toutes les nuits, le fait exprès ou quoi??). Autre raison, un peu égocentrique je l'avoues... faut pas déconner le 30 mai c'est mon nanniversaire, c'est pas la fête des voisins, c'est la mienne. M**** alors !!

deanna a dit…

Voisins ? Gens ? Sociabilité ? Gnnnnn..

The Dekk a dit…

On est bien d' accord : les voisins sont des plaie . Inutile de dire que le 30 je me prépare un plan d' urgence cette année , du style excursion en plein désert ou soirée sur la lune...

->Miss B : ça c' est pas de bol...En même temps pense à ces gens nés le jour de la fête des secrétaires ou de la fête des animaux de compagnie...vous pourriez former le club des " Victimes collatérales des fêtes à la con " .

->Deanna : t' as pas de voisins toi de quoi tu te plains ?

deanna a dit…

Si, j'en ai 2 (mais je les entends pas), et un bar en bas. Remarque on pourra ptet boire à l'oeil.

Ada a dit…

Hi hi hi...